Alliance Rebirth Forum Index
 
 
 
Alliance Rebirth Forum IndexFAQSearchRegisterLog in

Emplois - Retraites

 
Post new topic   Reply to topic    Alliance Rebirth Forum Index -> PUBLIC : accessible à tous -> LA GUINGUETTE
Previous topic :: Next topic  
Author Message
Cubitus
Administrateur


Joined: 18 Apr 2011
Posts: 4,972
Masculin Scorpion (23oct-21nov) 羊 Chèvre

PostPosted: Tue 12 Mar - 06:38 (2013)    Post subject: Emplois - Retraites Reply with quote

Après l'échec des négociations la semaine dernière, les partenaires sociaux se réunissent une ultime fois mercredi pour tenter de trouver un accord pour sauver de la banqueroute les retraites complémentaires Agirc (pour les cadres) et Arrco (pour tous les salariés du privé).

Jeudi dernier, ce devait être l'ultime séance de négociations. Finalement, les partenaires sociaux ont décidé de se donner une nouvelle chance, mercredi, pour trouver un accord sur l'épineux dossier des régimes complémentaires. Le 1er avril prochain, les pensions liées aux deux régimes de retraite complémentaire, l'Agirc (pour les cadres) et l'Arrco (pour tous les salariés du privé), seront revalorisées automatiquement.
Ce qui va entraîner un creusement des déficits qui pourraient pousser les deux caisses de retraite à la banqueroute. Les partenaires sociaux espèrent donc trouver un accord pour éviter un effondrement partiel du système qui pourrait se répercuter sur le régime général des retraites. Le besoin de financement est estimé entre 6 et 10 milliards d'euros d'ici à 2017.

La plupart des acteurs partagent le même constat : l'objectif est de geler les dépenses de l'Agirc et de l'Arrco en attendant la vaste réforme promise par le gouvernement pour le mois de juin. En revanche, les solutions pour y parvenir divisent.
Le Medef propose d'abord de sous-indexer temporairement les pensions des retraités, autrement dit les faire progresser moins vite que l'inflation. S'ils sont réticents à cette idée, une majorité des syndicats se résignent à accepter cette solution.

Problème de taux

Mais les représentants du personnel refusent l'autre levier que veut actionner le patronat : la hausse des cotisations par le taux d'appel.
Dans le cadre des régimes complémentaires, les cotisations (les employeurs en payent 60%, les salariés 40%) sont d'abord fixées par le taux contractuel (celui qui est inscrit sur le contrat d'embauche).
Le taux d'appel concerne la part des cotisations supérieures au taux contractuel, une majoration qui a permis, jusqu'à aujourd'hui, de rééquilibrer les régimes de retraite et d'éviter d'aggraver leurs déficits. Or, s'il est augmenté, ce taux d'appel ne permet pas d'obtenir des droits à la retraite supplémentaire, contrairement au taux contractuel.

C'est là la pierre d'achoppement entre syndicats et patronat : les premiers n'imaginent une hausse des cotisations que si celle-ci passe par le taux contractuel et donc est accompagnée d'une revalorisation des droits à la retraite. Le débat n'est pas clos pour autant : Force ouvrière propose ainsi d'augmenter de façon équilibrée les deux taux (contractuel et d'appel).
Côté patronat, le principal négociateur, Jean-François Pilliard (qui est par ailleurs président de l'Unédic, l'association chargée de gérer l'assurance chômage en France), a assuré à la presse : "Si on se revoit, c'est que des évolutions sont possibles."

Seulement, il n'y a pas que les syndicats qui bloquent. Le Medef lui-même semble ne vouloir rien lâcher. Sa présidente, Laurence Parisot, est déjà en campagne pour se succéder à elle-même. Du coup, elle durcit le ton sur tous les sujets d'actualité. Autre paramètre nuisible, le gouvernement met la pression sur les partenaires sociaux.
Un accord sur les régimes complémentaires permettrait d'ouvrir la voie à un consensus sur le régime général des retraites, la grande réforme qui va monopoliser l'énergie des ministres à partir de juin.
Si les négociations échouent de nouveau mercredi - pour qu'il y ait accord, trois des cinq syndicats doivent signer l'accord -, ce sera à l'inverse de mauvais augure pour l'exécutif.



Last edited by Cubitus on Sun 14 Apr - 07:01 (2013); edited 1 time in total
Visit poster’s website Skype
Publicité






PostPosted: Tue 12 Mar - 06:38 (2013)    Post subject: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Cubitus
Administrateur


Joined: 18 Apr 2011
Posts: 4,972
Masculin Scorpion (23oct-21nov) 羊 Chèvre

PostPosted: Sun 14 Apr - 07:01 (2013)    Post subject: Emplois - Retraites Reply with quote

La loi sur l’emploi votée à l’Assemblée modifie en profondeur le Code du travail
 
 
L’Assemblée nationale a adopté ce 9 avril le projet de loi sur la sécurisation de l’emploi reprenant les dispositions de l’accord conclu le 11 janvier. Seuls le PS et une partie des Radicaux ont voté « pour ». Le texte (qui doit maintenant passer devant le Sénat) modifie en profondeur le droit du licenciement économique. Il valide également les accords « de maintien dans l’emploi » qui autorisent une entreprise à baisser temporairement les salaires ou à augmenter le temps de travail. Il encourage également la mobilité interne et externe et généralise les complémentaires santé.



 
C’est fait! Le projet de loi sur la sécurisation de l’emploi, transcrivant l’accord du 11 janvier conclu entre le patronat et les trois syndicats CFDT, CFTC et CFE-CGC, a été voté ce 9 avril par l’Assemblée nationale par 250 voix contre 26. Si, dans le détail, le PS a voté pour et les radicaux de gauche aussi « dans leur majorité », les écologistes ont préféré s’abstenir. Abstention aussi de l’UMP et de l’UDI. Le Front de gauche a voté contre, après avoir ferraillé une semaine entière dans l’hémicycle. Quant aux syndicats FO et CGT, ils étaient dans la rue pour protester contre l’adoption du projet de loi, après avoir refusé de signer l’accord du 11 janvier
Voici les principales mesures du projet de loi qui modifie des pans entiers du Code du travail

ACCORDS DE MAINTIEN DE L’EMPLOI
Le projet vient encadrer ces accords déjà possibles (Renault, Air France, etc.). En cas de « graves difficultés conjoncturelles », un employeur pourra conclure, pendant 2 ans maximum, un accord avec des syndicats représentant plus de 50% des salariés pour « aménager » temps de travail et rémunération (sans diminuer les salaires inférieurs à 1,2 Smic). Il sera demandé aux dirigeants salariés, aux mandataires sociaux et aux actionnaires des « efforts proportionnés à ceux demandés à l’ensemble des salariés ».
Très grosse nouveauté, même s’il y a dix refus individuels de ces modifications sustantielles du contrats de travail, cela se traduira par un licenciement économique individuel pour chacun des salariés qui refuseraient mais sans déclencher un plan social. Pour les autres salariés qui auront accepté cet accord, l’entreprise s’engage à maintenir l’emploi, sous peine de dommages et intérêts versés aux salariés. Le gouvernement présentera chaque année au Parlement un rapport d’évaluation de ces accords.

ACCORDS DE MOBILITÉ
La mobilité interne négociée est encouragée pour favoriser les restructurations sans licenciements. Si l’entreprise passe un accord avec les syndicats (représentant au moins 30% des salarié), celui-ci peut prévoir une mobilité géographique obligatoire (à salaire ou classification maintenus), mais doit respecter la vie personnelle et familiale du salarié. En cas de refus, le motif du licenciement sera « économique », avec des mesures obligatoires d’accompagnement et de reclassement, mais n’entraînera non plus de plan social.

RÉFORME DES LICENCIEMENTS
Aucune procédure de licenciement collectif ne pourra aboutir si elle n’a pas été, soit négociée avec les syndicats (accord collectif majoritaire), soit homologuée par l’administration. Dans le premier cas, l’accord organise contenu et modalités du Plan de sauvegarde de l’emploi (PSE), sans pouvoir déroger aux obligations de reclassement. L’administration a 15 jours pour valider un accord majoritaire. Dans le second cas, l’employeur présente son plan au comité d’entreprise et l’administration a 21 jours pour apprécier sa régularité et la « conformité de son contenu » au regard des « moyens » dont dispose l’entreprise ou le groupe. Il reste impossible de contester a priori (avant le licenciement) l’absence de caractère économique.
S’agissant des licenciement pour un motif individuel (faute, cause réelle et sérieuse, etc.), le salarié qui conteste son licenciement peut conclure aux prud’hommes un accord mettant fin au litige selon un « barème d’indemnités » préfixées à l’ancienneté. S’il ne veut pas de conciliation, le juge reste souverain. Les délais de prescription sont réduits, sauf dans certains cas (réparation des dommages corporels ou des discriminations…).

COMPLÉMENTAIRE SANTÉ GÉNÉRALISÉE
Toutes les entreprises devront proposer d’ici au 1er janvier 2016 une complémentaire à leurs salariés, dont elles assureront « au minimum la moitié du financement ». Actuellement, 52% des salariés bénéficient d’un contrat d’entreprise. Les branches sont libres pour choisir le mode de désignation de l’opérateur (soit mise en concurrence, soit imposition, soit recommandation) ce qui a fortement déplu aux compagnies d’assurance qui craignent que les institutions de prévoyance (gérées paritairement) se taillent la part du lion sur ce nouveau marché.

REPRÉSENTATION DES SALARIÉS AUX CONSEILS D’ADMINISTRATION
De un à « au moins deux » salariés auront voix délibérative dans les organes de décision des grands groupes (5.000 salariés en France ou 10.000 dans le monde). Là aussi, les entreprises auront le choix entre diverses modalités pour désigner les représentants salariés. Par ailleurs, les comités d’entreprise devront être consultés sur les orientations stratégiques et l’utilisation du crédit d’impôt compétitivité.

TEMPS PARTIELS ENCADRÉS
Ces contrats devront être au minimum de 24 heures par semaine, sauf dérogations (accord de branche garantissant des horaires groupés et réguliers, demande du salarié) et cas des étudiants et particuliers employeurs. Rémunération majorée de 10% dès la première heure complémentaire. Obligation de prévoir par un accord de branche des contreparties spécifiques en cas de dérogations aux limites horaires.

DROITS RECHARGEABLES A L’ASSURANCE CHOMAGE
Il s’agit de permettre aux chômeurs de conserver leurs éventuels reliquats de droits de cette première période de chômage quand ils retrouvent un emploi… puis se retrouvent de nouveau chômage. Les partenaires sociaux devront en définir les conditions lors de la renégociation fin 2013 de la convention assurance-chômage.

ÉVOLUTIONS PROFESSIONNELLES ENCOURAGÉES
« Mobilité volontaire sécurisée »: si l’employeur est d’accord, un salarié d’une entreprise de plus de 300 personnes peut aller « exercer une activité dans une autre entreprise » avec l’assurance de retrouver son emploi ou un « emploi similaire » en cas de retour. Un retour anticipé du salarié, possible à tout moment avec l’accord de l’employeur, doit intervenir « dans un délai raisonnable ».
Evolution du Droit individuel à la formation (Dif), il est également institué le principe d’un « compte personnel de formation » comptabilisé en heures, transférable, utilisable par les chômeurs, alimenté de 20 heures par an dans la limite de 120 heures et pouvant aussi être abondé par l’Etat ou la Région.
Le texte va maintenant être examiné par le Sénat avant son adoption définitivre. En effet, l’urgence ayant été déclarée, il n’y a qu’une seule lecture devant les deux Chambres.



Visit poster’s website Skype
Cubitus
Administrateur


Joined: 18 Apr 2011
Posts: 4,972
Masculin Scorpion (23oct-21nov) 羊 Chèvre

PostPosted: Thu 29 Aug - 05:54 (2013)    Post subject: Chômage : les mauvais chiffres que cache la propagande officielle Reply with quote

Chômage : les mauvais chiffres que cache la propagande officielle
 

Le nombre de chômeurs de catégorie A inscrits à Pôle emploi a augmenté de 0,2% en juillet (+ 6 300), contre une augmentation de 0,5% entre mai et juin, a annoncé mardi le ministère du Travail.

Le nombre de demandeurs d'emploi a augmenté de 0,2% en juillet. Le nombre de demandeurs d'emploi a augmenté de 0,2% en juillet. Crédit Reuters 1 2 Page suivante Et voilà, la bataille des chiffres a commencé autour du chômage.

D’un côté, le gouvernement explique que c’est quand même mieux que si c’était pire avec 0,2% seulement d’augmentation en un mois… des chômeurs de catégorie A, c’est-à-dire des demandeurs d’emploi indemnisés et sans aucune activité.
De l’autre, les adversaires du gouvernement, qui ont beau jeu de souligner que les demandeurs d’emploi indemnisés, c’est-à-dire les catégories A, B, C, réunies (qui agrègent les inscrits à Pôle Emploi qui ont trouvé un petit job en attendant), continuent leur terrible descente aux enfers, avec + 53.000 chômeurs en un mois, soit 1,1% d’augmentation.

Ce qui est vraiment un très mauvais chiffre. On n’en a pas fini, avec ces querelles de chiffre qui vont nous occuper un bon moment… Je voudrais rebondir pour ma part sur ce que je crois être d’inquiétantes ruptures dans les statistiques de l’emploi, qui ne présagent rien de bon pour la suite, et devraient conduire le gouvernement à ouvrir une vraie réflexion sur les mois qui s’annoncent en France.

L’explosion des inscriptions nouvelles à Pôle Emploi Contrairement au discours officiel (et je mets ici à part tous les aspects partisans du sujet), les esprits responsables de ce pays doivent tirer le signal d’alarme à la lecture du graphique suivant:

Ce graphique compare les entrées et les sorties à Pôle Emploi depuis juillet 2009. Il montre clairement que pas plus de 40.000 chômeurs mensuels ne reprennent une activité: chiffre extrêmement stable depuis 4 ans.

En revanche, les premières entrées explosent. En un mois, les inscriptions nouvelles à Pôle Emploi ont augmenté (en données corrigées des variations saisonnières) de 40.000 chômeurs nouveaux, pour atteindre le chiffre de 540.000 inscriptions (contre 523.000 l’an dernier à la même époque… soit une dégradation nette).
En données brutes, l’augmentation est encore plus effrayante: 30.000 de plus que l’an dernier. Il est manifeste que la situation de l’emploi se dégrade.

Pourquoi la dégradation de l’emploi ne se retrouve-t-elle pas dans les chiffres finaux ? Le graphique suivant répond très rapidement à la question:






Visit poster’s website Skype
Cubitus
Administrateur


Joined: 18 Apr 2011
Posts: 4,972
Masculin Scorpion (23oct-21nov) 羊 Chèvre

PostPosted: Tue 15 Oct - 06:41 (2013)    Post subject: Retraite à 50 ans avec 9.000 € par mois pour les fonctionnaires de l’UE ! Reply with quote

  Retraite à 50 ans avec 9.000 € par mois pour les fonctionnaires de l’UE


  SCANDALE : La retraite à 50 ans a été approuvée !!!….. pour les NABABS  de Bruxelles….  C’est pas gros, c’est énorme  !!!…
VIVE L’EUROPE DES VOLEURS  !!

SCANDALE : La retraite à 50 ans avec 9.000 € par mois pour les fonctionnaires de l’UE a été approuvée !!!…..

C’est normal qu’il ne reste presque plus rien pour nous ! Vous avez remarqué que nos politiciens se battent comme des fous pour rentrer dans l’administration européenne Pourquoi ?… Ce qui suit va vous éclairer… C’est tout simplement scandaleux !!!
La retraite à 50 ans avec 9.000 € par mois pour les fonctionnaires de l’UE a été approuvée !!!
         Cette année, 340 fonctionnaires partent à la retraite anticipée à 50 ans avec une pension de 9.000 € par mois.
        Afin d’aider l’intégration de nouveaux fonctionnaires des nouveaux états membres de l’UE (Pologne, Malte, Pays de l’Est…), les fonctionnaires des anciens pays membres (Belgique, France, Allemagne..) recevront de l’Europe un pont d’or pour partir à la retraite.
POURQUOI ET QUI PAIE CELA ?
Vous et moi qui travaillons ou avons travaillé pour une pension de misère, alors que ceux qui votent les lois se font des cadeaux dorés
 
La différence est devenue trop importante entre le peuple et les "dieux de l’Olympe" !!!
RÉAGISSONS par tous les moyens en commençant par divulguer ce message à tous les Européens.
CES HAUTS FONCTIONNAIRES DE l’UNION EUROPEENNE CONSTITUENT UNE VRAIE MAFIA
Les technocrates européens jouissent de véritables retraites de nababs. Même les parlementaires qui, pourtant, bénéficient de la "Rolls " des régimes spéciaux, ne reçoivent pas le tiers de ce qu’ils touchent… C’est dire !
Giovanni Buttarelli, qui occupe le poste de "contrôleur adjoint de la protection des données", aura acquis après seulement 1 an et 11 mois de service (en novembre 2010), une retraite de 1 515 € / mois. L’équivalent de ce que touche, en moyenne, un salarié belge ou français du secteur privé après une carrière complète de 40 ans.
- Son collègue, Peter Hustinx, vient de voir son contrat de cinq ans renouvelé. Après 10 années, lui aura droit à près de 9 000 € de retraite par mois.
C’est simple, plus personne ne leur demande des comptes et ils ont bien décidé d’en profiter. C’est comme si, pour leur retraite, on leur avait fait un chèque en blanc. En plus, beaucoup d’autres technocrates profitent d’un tel privilège
        1. Roger Grass, greffier à la Cour de justice européenne, va toucher 12.500 € de retraite par mois.
        2. Pernilla Lindh, juge au Tribunal de première instance, 12.900 € par mois.
        3. Ruiz-JaraboColomer, avocat général, 14.000 €/mois.
Consultez la liste sur :
http://www.sauvegarde-retraites.org/docs/Retraite_Hauts_fonctionnaires_euro…
Dans cette liste vous trouverez un certain Jacques Barrot (73 ans) avec une retraite de 4.728,60 € pour 5 années de commissaire européen aux transports À cela il faut ajouter sa retraite d’ancien député, celle d’ancien ministre, d’ancien président du Conseil général de la Haute Loire, de maire d’Yssingeaux et pour couronner cette brillante carrière, le 23 février 2010 il a été nommé au Conseil Constitutionnel.
Pour eux, c’est le jackpot. En poste depuis le milieu des années 1990, ils sont assurés de valider une carrière complète et, donc, d’obtenir le maximum : 70 % du dernier salaire. Car, c’est à peine croyable… Non seulement leurs pensions crèvent les plafonds mais il leur suffit de 15 années et demie pour valider une carrière complète alors que pour vous, comme pour moi, il faut se tuer à la tâche pendant 40 ans et, bientôt, 42 ans.
Face à la faillite de nos systèmes de retraite, les technocrates de Bruxelles recommandent l’allongement des carrières : 37,5 ans, 40 ans, 41 ans (en 2012), 42 ans (en 2020), etc. Mais, pour eux, pas de problèmes, le taux plein c’est 15,5 ans… De qui se moque-t-on ? A l’origine, ces retraites de nababs étaient réservées aux membres de la Commission européenne puis, au fil des années, elles ont également été accordées à d’autres fonctionnaires. Maintenant, ils sont toute une armée à en profiter : juges, magistrats, greffiers, contrôleurs, médiateur, etc.
Mais le pire, dans cette affaire, c’est qu’ils ne cotisent même pas pour leur super retraite !!! Pas un centime d’euro, tout est à la charge du contribuable… Nous, nous cotisons plein pot toute notre vie et, au moindre retard de paiement, c’est la déferlante : rappels, amendes, pénalités de retard, etc. Aucune pitié !
Eux, ils (se) sont carrément exonérés….On croit rêver ! Rendez-vous compte, même les magistrats de la Cour des comptes européenne qui, pourtant, sont censés "contrôler" si les dépenses de l’Union européenne sont légales, faites au moindre coût et pour l’objectif auxquelles elles sont destinées… ", profitent du système et ne paient pas de cotisations.
Et, que dire de tous ces technocrates qui ne manquent pas une occasion de jouer les "gendarmes de Bruxelles" et ne cessent de donner des leçons d’orthodoxie budgétaire alors qu’ils ont les deux mains, jusqu’aux coudes, dans le pot de confiture?
A l’heure où l’avenir de nos retraites est gravement compromis par la violence de la crise économique et la brutalité du choc démographique, les fonctionnaires européens bénéficient, à nos frais, de pensions de 12.500 à 14.000 €/ mois, après seulement 15 ans de carrière et sans même cotiser… C’est une pure provocation !


http://www.lepoint.fr/economie/les-retraites-en-or-de-l-europe-19-05-2009-3…



Last edited by Cubitus on Sat 19 Oct - 07:50 (2013); edited 1 time in total
Visit poster’s website Skype
Contenu Sponsorisé






PostPosted: Today at 04:35 (2019)    Post subject: Emplois - Retraites

Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic    Alliance Rebirth Forum Index -> PUBLIC : accessible à tous -> LA GUINGUETTE All times are GMT + 1 Hour
Page 1 of 1

 
Jump to:  

Index | Xooit.com free forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group